Ajouter mes sites favoris à mon itinéraire

    Les endroits à voir en San Leo

    San Leo

    La Forteresse de Francesco di Giorgio Martini
    Ainsi dénommée enl’honneur de l’architecte siennois qui, selon la volonté de Frédéric deMontefeltro, redessina la structure médiévale en 1479. Transformée en musée, c’est un important témoignage d’architecture militaire. Dès la seconde moitié du XIVe s., elle fut prise par les Malatesta, qui s’y alternèrent par la suite avec les Montefeltro. En 1502, elle fut conquise par César Borgia, dit le Valentin, puis retourna aux mains des Montefeltro et, en 1527, à celles des Della Rovere. En 1631, lorsqu’elle passa sous l’Etat pontifical, elle fut transformée en prison. Lieu de réclusion de nombreux patriotes de la période du Risorgimento et du célèbre comte de Cagliostro.

    Cathédrale San Leone IXe-XIIe s.
    Fermement ancrée sur son rocher, elle se dresse dans un lieu dédié à la divinité depuis l’ère préhistorique. C’est le principal exemple d’architecture médiévale conservé dans le Montefeltro et un important témoignage d’architecture romane d’Italie centrale. Elle fut construite en 1173, sur les vestiges de la cathédraledu Haut Moyen Age du VIIe s., lorsque l’ancienne Montefeltro, puis San Leo, nommée ‘civitas’, devint le siège d’un nouveau diocèse. Elle est tournée vers l’Orient et son entrée se trouve sur un côté, surmontée dedeux bustes sculptés des saints Léon et Valentin provenant de l’ancienne église. La crypte contenait le sarcophage avec la dépouille de saint Léon, dont il reste le couvercle avec une inscription, daté du VIe s.

    Eglise paroissiale préromane Vergine Assunta XIe s.
    Doyen des monuments religieux de tout le territoire du Montefeltro, cet édifice représentele premier témoignage de christianisation de la zone. Originellement, cette paroisse se référait à la communauté de ce rocher, évangélisée par saint Léon entre le IIIe et le IVe s. Selon la tradition, le saint édifialui-même une première église. Sa haute façade est tournée vers l’Orient. L’accès se fait par deux portails latéraux, surmontés d’une logette borgne, dans laquelle s’alternent des claveaux bicolores évoquant l’art byzantin de Ravenne. Les colonnes et les chapiteaux sont des éléments de remploi d’époque romaine ou de l’Antiquité tardive. Elle conserve un précieux ciboire aux chapiteaux richement sculptés (881-882).

    Beffroi XIIe s.
    Monument à la masse imposante, il se dresse dans une position un peu écartée, difficilement accessible, représentant ainsi à l’époque un lieu de refuge pour l’évêque et les chanoines.

    Palais Della Rovere XVIIe s.
    Siège actuel de la mairie, il a été construitpour les Della Rovere, qui succédèrent aux Montefeltro. Sa façade aristocratique, ornée de motifs en grès, accueille un portail robuste à bossage et des fenêtres surmontées de fronteaux en style maniériste toscan.

    Musée d’art sacré XVIe s.
    Aménagé dans le palais médicéen qui affiche fièrement le blason de Florence à fleur de lis et celui du pape Jules II della Rovere, il expose des objets d’art sacré du VIIIe au XVIIIes., dont la Vierge à la pomme de Catarino di Marco da Venezia, du XIVes., et une Vierge à l’Enfant de Frosino (1487-1493).

    Palais Nardini XIVe s.
    C’est ici qu’eut lieu, le 8 mai 1213, la rencontre entre saint François et le comte de Chiusi qui, touché par les paroles du saint, lui donna le mont de la Verna.

    Montemaggio, Couvent des Frères mineurs et église Sant’AntonioAbate XVIe s.
    Ce lieu mystique se compose de deux cloîtres et d’une église fastueuse de goût baroque, le tout enrichi par une citerne, un puits octogonal et une suggestive glacière.

    San Igne, Couvent franciscain XIIIe s.
    Sa fondation est attribuée à saint François, à l’instar de sa dénomination originelle, liée à l’apparition miraculeuse du “feu sacré” qui lui aurait indiqué le bon chemin. L’église, consacrée en 1244, conserve un segment du tronc de l’ormesous lequel le saint prêcha.

    Château de Pietracuta
    Ses ruines s’élancent sur le rocher pointu qui donna le nom de Pietragùdola. Il appartint aux Carpegna, puis aux Malatesta et aux Montefeltro, qui firent remanier la forteresse par Francesco di Giorgio Martini. Elle accueillit le duc Frédéric et son épouse, Battista Sforza, en 1462. Elle passa également aux mains sanmarinaises pour retourner sous la juridiction de San Leo. Tout près, le beau couvent San Domenico, en style Renaissance, avec son église adjacente, construits sur la volonté de Giovanni Sinibaldi.

    De Malatesta & Montefeltro: voyage dan les collines de Rimini

    Envoyer un commentaire

    Votre avis nous intéresse!
    Ce site vous convient-il? Avez-vous remarqué quelque erreur? Remplissez le champ avec vos remarques
    Dernière mise à jour: 16/03/2017