Ajouter mes sites favoris à mon itinéraire
    Malatesta & Montefeltro

    Les châtaigneraies fructueuses

    Plusieurs bois de la province sont constitués de châtaigneraies qui offrent de délicieuses promenades en octobre, bien que la récolte de leurs fruits, souvent sur des pentes abruptes et par des températures plutôt froides,ne soit pas très facile.

    Elles sont toutefois adaptées à petits et grands et s’effectuent tant dans la haute Valmarecchia, à proximité de Talamello, UffoglianoPerticara, San Leo et Casteldelci, que dans la haute Valconca, à Montefiore Conca et Gemmano.

    Au mois d’octobre, les deux vallées sont le siège de fêtes dédiées à ce fruit, notamment à Talamello et à Montefiore Conca, prévoyant l’organisation de visites et de récoltes guidées. Les localités sont facilement accessibles et des accords peuvent être pris avec les propriétaires pour d’intéressantes cueillettes journalières.

    C’est à Montefiore, sur le mont Faggeto, que se trouve l’un des bois les plus importants de la province, tant pour ses exemplaires très âgés que pour sa flore particulièrement rare; le tout dans un patrimoine paysager de très grande valeur. Les autres châtaigneraies de cette zone sont celles de Case Suore, mont Maggiore et mont Auro.

    La châtaigneraie la plus connue de la Valmarecchia, dite Giungla dei castagni (Jungle des châtaigniers), est par contre à Uffogliano di Novafeltria, lieu dans lequel se dressait l’ancien château connu comme“castellaccio”. Toute la crête est tapissée d’un bois touffu, les mêmes ruines du château y étant largement dissimulées par la végétation.D’autres grands bois de châtaigniers s’étendent sur le mont Pincio, à Talamello, sur les monts Ercole et Benedetto, autrefois fréquentés par les contrebandiers de la poudre à tirer qui s’y réfugiaient, poursuivis parles gendarmes papalins d’abord puis par ceux du Royaume d’Italie.

    Il faut aussi citer les châtaigniers de Casteldelci, importante source de subsistance. L’introduction de la culture du châtaignier est probablement liée à l’établissement de moines dans les vallées au Moyen Age mais pourrait toutefois remonter à l’époque romaine. La subsistance alimentaire n’est pas le seul bénéfice obtenu de cet arbre par les populations locales.

    L’expansionde cette culture a été favorisée par d’autres importantes activités dont, ence qui concerne la vallée du Marecchia, l’extraction du soufre. Les étais etles poutres utilisés pour soutenir les galeries, à des centaines de mètres deprofondeur, étaient en bois de châtaignier, l’un des plus résistants d’Europe.

    L’avènement de l’ère industrielle a fait perdre au châtaignier unegrande partie de son importance. Les arbres à fruits, d’ailleurs touchés par degraves maladies, ont été abandonnés et, après la Seconde Guerre mondiale,le bien-être a progressivement amenuisé le lien centenaire qui existait entrel’homme et le châtaignier.

    La culture du châtaignier a été ainsi reléguée à unesuperficie toujours plus réduite et suivie par de rares passionnés.

    Envoyer un commentaire

    Votre avis nous intéresse!
    Ce site vous convient-il? Avez-vous remarqué quelque erreur? Remplissez le champ avec vos remarques
    Dernière mise à jour: 17/03/2017